Netteté de l’image

En photographie, la netteté désigne la complexité des détails de l’image. C’est d’ailleurs souvent la netteté qui détermine la qualité d’une photo et constitue l’un des principaux objectifs technique à atteindre par les photographes de tout horizon.

On distingue la mise au point technique de l’image et la perception subjective que le spectateur a de sa netteté. On attache à cette impression de netteté d’autant plus d’importance que c’est elle qui véhicule le message artistique de l’image. Les conditions de la prise de vue, sa mise en œuvre technique et le choix du sujet sont autant de facteurs influant de manière décisive sur la netteté de la photo, même si celle-ci peut être, si l’on applique les mesures d’optimisation de l’image, améliorée a posteriori.
La netteté obtenue par la technique photographique est toutefois toujours supérieure à celle résultant d’une intervention numérique ultérieure.

La netteté des bords est essentielle quand on souhaite donner le sentiment d’avoir une image bien nette. Lorsqu’ils présentent une différence marquée de luminosité ou de couleur, les bords d’une photo paraissent particulièrement nets. Qui contemple une image dépourvue de structure ou de bords nets, la perçoit floue.

Outre la luminosité d’une image, la température des couleurs ou encore la balance des blancs joue un rôle essentiel. La température des couleurs se compose des différentes longueurs d’onde de la lumière et se voit ainsi influencée par la source lumineuse et les couleurs de toutes les surfaces environnantes.
Ainsi, un portrait exécuté devant un mur rouge se dotera d’une tonalité rouge. Les surfaces qui entourent l’objet, lesquelles absorbent et reflètent différemment la lumière, conditionnent l’intensité de la température ainsi que le contraste présent sur l’image. L’optimisation de l’image permet, ici aussi, des ajustements ultérieurs.

La résolution de l’image contribue elle aussi à la netteté et dépend fortement des possibilités techniques de la prise de vue ainsi que de la qualité de l’objectif.

Le capteur ne peut restituer les informations en détails que s’il les reçoit correctement de l’objectif. En cas contraire, on obtient une image de bonne résolution mais pauvre en détails et, par conséquent, une faible impression de netteté.
Associés à des appareils haut de gamme, les objectifs haut de gamme peuvent prétendre à une très bonne performance optique. Le nombre de lignes qu’un objectif est en mesure de représenter permet en général de vérifier ceci.

Le réglage de l’ISO relatif au temps de pose influe également sur la résolution et, par conséquent, sur la netteté perçue. Des valeurs ISO élevées engendrent une interférence des détails de la photo par le bruit d’image et réduisent ainsi la résolution.

La profondeur de champ, c’est ce qui donne au sujet une dimension spatiale perceptible par le spectateur.
La distance focale et l’éloignement sont ici, par exemple, des facteurs déterminants. Une distance focale accrue et un éloignement réduit de l’objet à photographier diminuent la profondeur de champ.

Le mouvement de l’objet à photographier donne un aspect flou à l’image. Lorsque celui-ci ne résulte pas d’une erreur de focalisation, de réglage ou de toute autre mauvaise manipulation de l’appareil, on le qualifie de flou cinétique. Il résulte d’un mouvement perceptible du sujet pendant le temps de pose.
Il est souvent indésirable puisqu’il provient la plupart du temps d’un tremblement non voulu floutant la photo tout entière. Cependant, afin de dynamiser l’image ou de créer un effet particulier, le flou cinétique est parfois sciemment utilisé, dans la photographie sportive, par exemple.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *